Flashback : Shadowpact 1-8 (The Pentacle Plot)

image

Avant de vous parler du comics, il convient d’expliquer un tel choix pour ma première chronique sur le blog . Shadowpact 1 est le premier comics anglophone que j’ai lu. Je me suis arrêté aux deux premières issues depuis bientôt 5 ans parce que c’était tout simplement trop bien. Rien qu’en lisant ces deux issues, chaque lecture ultérieure, aussi bien soit-elle, paraît toujours inférieure à Shadowpact. Chez DC, seul 7 soldiers of victory m’a procuré la même excitation. Désormais, j’ai finis le premier arc, et je peux vous dire que Bill Willingham scénariste et dessinateur, ça claque. Pour faire une comparaison foireuse, c’est comme Fables. Les personnages, bons comme mauvais, sont complexes (sauf certains méchants qui sont vraiment que méchants), des sous-intrigues s’incrustent au fur à mesure des numéros et seront abordés de temps en temps, certaines devenant même des histoires à part entière. L’humour est omniprésent, mais rarement départi d’une dose savante de drame. Si cette review pourra donner l’impression de spoiler, je prends bien garde à ne pas dévoiler les éléments les plus surprenants, mais simplement ceux qui devraient éveiller votre curiosité.

image

Shadowpact, c’est l’histoire d’un village qui est entourée par une bulle magique composée de sang. Superman ne parvenant à y entrer, il fait appel à Green Lantern, qui voit s’incruster Phantom Stranger. Mais ces bras cassés étant absolument impuissant pour pénétrer cette bulle, ils font appels aux meilleurs : Ragman, Blue Devil, Detective Chimp, Nightshade, Enchantress, Nightmaster ; autrement dit l’équipe Shadowpact, autrement dit mes personnages DC préférés de tous. Plus sérieusement, je ne détaillerai pas ici les personnages, que les lecteurs plus « mainstream » ne connaissent pas forcément. Ne lisant pas des comics depuis la seconde guerre mondiale (un coucou à tous les connards qui voudraient que leur petit média restent inaccessible à tous ceux qui n’y ont pas consacré leur vie) ; je ne sais pas à quel point leur mythologie était sophistiquée avant cette série, mais je sais en tout cas que la vision qu’en donne l’auteur est celle qui me plait le plus jusqu’à présent. Cependant je sais qu’il s’agit de personnages pas si négligeables pour l’histoire de DC que ne laisse penser leur totale absence actuelle, donc je vous conseillerai d’aller regarder rapidement sur internet leur histoire.

image

Le village mentionné plus haut est infesté d’une bande de super-vilains qui a un bon gros plan d’enculé. Devant pratiquer un festin de sacrifice humain, ils négocient avec la population leur soumission en échange d’une sélection aléatoire des sacrifiés. Et si quelqu’un contrevient à la règle, on sacrifiera plutôt sa famille et ses amis. Au début du comics, on voit Phantom Stranger se tenir devant la bulle magique en demandant à un autre héros de tenir la garde, puisque voilà un an qu’il reste devant à attendre que le Shadowpact sorte de cette bulle. Si ce n’est pas de l’intrigue ça !
Bon, et les méchants, pourquoi qu’ils sont méchants ? Parce que c’est comme ça, et que ça fait tripper la chef (les autres n’étant qu’une troupe de mercenaires) d’invoquer un type qui fait partie des multiples autres mondes de magie qui tournent autour de la Terre, et si les protections sont brisées, ça fera une guerre intermagicogalacticobordelique. Enfin évidemment c’est plus complexe que ça, mais ils vont pas tout vous dire dès le début non ?

image

Après une épique victoire qui aura vu l’équipe de mercenaires être dispersée et la sorcière s’échapper, Bill Willingham, accompagné par la suite de différents dessinateurs, nous montre les répercussions de cette histoire. Mais l’on commence d’abord par un épisode 4 sur le quotidien de Blue Devil qui, si il n’apporte pas grand-chose, est assez plaisant. Un peu comme Fairest pour Fables vous voyez ?
La sorcière, appelée Strega, va réveiller son boss qui dort depuis un bout de temps afin de mener à bien son plan machiavélique. Comme il dort depuis 4 millénaires à Gotham, il va se faire appeler Docteur Gotham, pas con hein ? Il demande à Strega de distraire, et si possible d’anéantir, Shadowpact, en employant des mercenaires. L’équipe a d’ailleurs la surprise de constater qu’ayant disparu un an, tout le monde les a crus mort, notamment un jeune homme qui en a profité pour s’approprier leur bar/QG, qui est un peu la caution comique de la série (et dans une série où il ya des gars comme Detective Chimp ou Ragman, ce n’est pas peu dire).

image

Pour ne pas spoiler, on se contentera de dire que le déroulement de l’histoire est toujours aussi intéressant tout le long de l’arc, les caractérisations des personnages sont approfondies et les différents méchants sont originaux. On regrettera juste les nombreux changements de dessinateurs même si ils tachent de garder un dessin très proche.

Nagorm

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s