Speed Review Series T.V. (Semaine du 18/04/16)

image

Gotham – Saison 2, Épisode 18, Pinewood (Avec Spoilers)

Barbara Kean est de retour, pour jouer un mauvais tour. Mais à qui ?

Nouvel épisode de Gotham cette semaine avec le retour de Barbara Kean. L’ex girlfriend de Jim Gordon apporte son aide dans la résolution du meurtre des parents de Bruce Wayne. Mais de quel côté est-elle réellement ?
Dans cet épisode, Gordon et Barbara font donc « équipe » et retrouvent la personne qui aurait commandité à Malone le meurtre de Thomas et Martha Wayne. Il s’agit de The Lady, brillamment interprétée par Michelle Gomez (a.k.a Missy dans Doctor Who), qui se cache dans un club destiné uniquement aux femmes. Pour pouvoir accéder à elle, le seul moyen que Jim peut employer est Barbara, qui propose ses services à The Lady. Gordon s’empresse toutefois d’entrer dans le club pour forcer les choses. Il est accueilli par Barbara, qui le menace d’un couteau, puis attaché à une chaise.

image

Alors que Barbara s’apprête à l’électrocuter pour le compte de la Lady, cette dernière révèle un surnom, « Le Philosophe » : derrière ce surnom, l’homme qui a commandité le meurtre des Wayne. Barbara en profite pour attaquer la Lady et libérer Gordon. Il ne s’agissait en fait que d’un plan pour obtenir les aveux voulus par Jim, qui décide toutefois de ne pas pardonner Barbara pour la tentative de meurtre sur Lee.
De son côté, le jeune Bruce Wayne retrouve le nom de Karen Jennings dans l’ordinateur de son père. Karen est en fait une ancienne pensionnaire du laboratoire de Pinewood, une branche de Wayne Industries. Dans ce laboratoire, elle a été l’objet d’expériences visant à transformer son bras gauche, atrophié. Elle vient en aide à Bruce et Alfred pour s’introduire dans le laboratoire abandonné mais ils sont arrêtés et la jeune femme envoyée à Blackgate. Sur le chemin, Jim et Bruce interviennent, « sauvent » Karen mais sont attaqués par Victor Fries sur ordre de Hugo Strange, dont l’identité est révélée par une photo : il est le Philosophe, ancien proche de Thomas Wayne.

image

En fin d’épisode, Hugo Strange et son assistante assistent (haha) à la renaissance de Galavan, une résurrection qui porte un nom : Azrael.
Comme une impression de déjà vu en écrivant cette review. Gotham s’impose, à mon avis, comme la meilleure série de l’univers DC du moment. Encore une fois, on a droit à un épisode très rythmé, laissant de côté le Pingouin pour s’intéresser de plus près à Hugo Strange et ses expériences. La révélation de Strange comme commanditaire du meurtre des parents de Bruce Wayne met un terme (peut-être ponctuel) à l’intrigue menée lors des deux saisons diffusées. Néanmoins, tout l’intérêt est de voir s’il est effectivement le premier commanditaire et la manière dont il est possible de le voir tomber d’ici à la fin de la saison.
On trouve dans cet épisode tout ce qu’on aime dans cette saison 2. La folie de Barbara, dont on ne sait pas si elle est du bon ou du mauvais côté de la barrière. Un Jim Gordon qui n’hésite plus désormais à dépasser les lignes, notamment en attaquant un fourgon de la police se dirigeant vers Blackgate. Un Bruce Wayne plus que jamais déterminé, centré sur un seul objectif : venger la mort de ses parents.

image

La trêve hivernale a marqué profondément ce changement dans le caractère de Bruce. Étant la cible de Galavan, Bruce était encore un enfant fragile, toujours dans le traumatisme de la mort de ses parents. Le basculement s’est clairement opéré quand Bruce s’en est pris à Silver, à la fin de la première moitié de saison. Le « nouveau » Bruce Wayne n’est pas pour me déplaire, plus froid et calculateur mais toujours dirigé et aiguillé par un Alfred moins moralisateur cependant.
On pourra regretter que la masse des personnages à traiter implique de laisser de côté des personnages pendant quelques épisodes. Néanmoins pour cette saison 2, on apprécie le fait que la psychologie des personnages soit de plus en plus développée. Hugo Strange, notamment, qui apparaît depuis 6 épisodes, et qui devient de plus en plus intéressant, dans sa relation avec son assistante mais aussi dans ses projets pour Arkham et sans doute pour Gotham. La fin de saison s’annonce déjà palpitante.

image

Supergirl – Saison 1, Épisode 20, Better Angels (Avec Spoilers)

Ceci n’est pas une introduction.
Et ceci n’est pas une review.

L’épisode le plus décevant de la série au moment de clore la saison, c’est ballot quand même ! Bien sur, il s’agit de mon avis et j’ai vu passer des tweets et des avis de gens ayant regardé l’épisode qui disaient que l’épisode était génial, qu’il était émouvant, que c’était une bonne fin de saison. Bien évidemment, chacun a son avis et le mien va suivre.
Un rapide résumé de l’épisode cependant : Kara sauve National City de Myriad en diffusant un message d’espoir par la télévision, les téléphones, puis fait une « tournée d’adieux » pour saluer les personnes qui comptent pour elle. Mais les Kryptoniens décident de poursuivre l’émission de Myriad en amplifiant le signal, risquant de faire exploser la tête des humains. À l’aide de J’onn, elle se rend dans le Nevada où Maxwell Lord a trouvé la cachette de Non et Indigo : ils se trouvent dans Fort Rozz (quelle surprise!), la prison de Krypton qui avait échoué sur Terre.

image

Après un combat des plus épiques, Supergirl sauve la Terre en transportant Fort Rozz, d’où Myriad est diffusé, vers l’espace et est sauvée par Alex, qui a emprunté la navette dans laquelle Kara est arrivée sur Terre. La Terre est sauvée, Kara aussi et la fin d’épisode voit une réunion « de famille » avec J’onn, James Olsen, Winn, Alex, Kara et leur mère profiter d’un monde enfin en paix. Oui mais … une navette kryptonienne en feu arrive sur Terre : qu’y a-t-il dans cette navette ?!
Bien. Ma première réaction a été de me dire : « mais qu’est-ce que c’est que cet épisode ? ». J’ai passé les 25 premières minutes à regarder si l’épisode avançait, me demandant anxieusement combien de temps le combat final allait pouvoir durer. Résultat ? 5 minutes, grand maximum. CINQ MINUTES. Le temps pour Supergirl de se battre à coups de poing, de pied et de rayons laser avec Non, le temps de lui éclater les yeux, et c’est fini pour eux. Pendant ce temps, Indigo blesse J’onn mais le Martien réussit à l’éliminer en la cassant littéralement en deux (le seul truc sympa du combat). Et puis cette mise en scène ! Non mais vraiment ? Rah et puis c’est quoi cette façon de finir le combat en deux secondes, merde, respecte toi quand tu tournes un final de saison ! Franchement, tu teases le combat de l’année toutes les semaines à coup de « La fille d’Allura va mourir dans d’atroces souffrances » et tu finis ta saison sur un affrontement de CINQ MINUTES ?

image

En revanche, évidemment on insiste beaucoup sur James Olsen, le « love interest » de Kara. Et évidemment, on montre bien que Kara, l’alien venue d’ailleurs tient à la Terre, tient aux habitants de National City. Et évidemment, l’épisode tourne en rond dès qu’il faut que Kara dise au revoir à tout le monde. La scène entre Kara et Alex, au moment d’envoyer Fort Rozz dans l’espace, est tellement cliché, tellement dans le « déjà-vu », c’était presque niais. Une scène tournée vers l’émotion, comme les 25 premières minutes. Alors oui, ça plaît sans doute à un public. Personnellement, c’est un grand non. Tu fais 25 minutes dignes d’un épisode de Plus belle la vie sur une série comme Supergirl. Comment tu fais pour te regarder dans la glace après ?

image

Et plus globalement, c’est bien un épisode écrit avec les pieds. La semaine dernière, l’intrigue avance tout doucement, met quelques « clés » en place pour l’épisode final. Cette semaine, le final résout en 10 minutes top chrono tous les problèmes qui ont été posés lors de l’épisode 19. Entre le « combat » Kara – Alex et le message d’espoir (on pourrait y revenir longtemps aussi… même si c’est le message que porte la famille des El de façon générale) et le « combat » entre Kara et Non, l’ensemble dure 10 minutes. Ce qui laisse 32 minutes pour faire du rien. Pour poser des questions qu’on règle en 2 minutes top chrono. Pour lancer une intrigue autour de Lucy et son père qu’on va gérer en deux scènes : « tiens papa, tu es méchant, tu vas enfermer J’onn ! » et dans la scène suivante, « oh je vais mourir, vite dans les bras de papa ! ». C’est du déjà vu, du réchauffé, de l’inutile. Mais sérieusement, on peut pas laisser tout ça de côté ? Insister réellement sur les points importants sur l’affrontement de Kara et Non ? Bah non, il faut tourner vers le cliché. Il faut caser des trucs pour combler l’absence totale de choses intéressantes dans l’épisode.
Surtout, ne donnons pas trop de hype au spectateur. Surtout pas malheureux ! Donnons lui de l’émotion. Donnons lui quelque chose qui a fait ses preuves, du cliché, ne tentons rien. Et après, tu t’étonnes que l’épisode fasse ses pires audiences de la saison ?
Et à cela, ajoutons le personnage de Maxwell Lord. Surement le personnage le plus frustrant de la saison. Il a les capacités pour être la nemesis de Supergirl. Certes, une des scènes finales le voit obtenir l’arme utilisée par Non et Indigo des mains du général Lane. Certes, on sent qu’il peut être un adversaire de Supergirl pour la saison suivante. Il connaît le DEO, il connaît l’identité de Supergirl. Mais son côté machiavélique a été abandonné pendant une bonne moitié de la saison, alors que c’est ce qui faisait son charme. Supergirl, ou l’art de faire une série qui perd de son intérêt.
S’il ne devait en avoir qu’un à sauver, ce serait J’onn J’onzz, évidemment. Tout simplement parce que l’acteur incarne bien le personnage et les scènes avec le Martien sont les plus intéressantes de l’épisode. Depuis sa « révélation » dans la série jusqu’à ce final, il est, à mon avis, un des personnages les plus intéressants. Évidemment, on pourrait discuter de son « apparence », de sa modélisation. Mais dans la série, je le trouve bien plus badass que Supergirl et c’est peut être lui qui est le mieux traité dans l’ensemble de la saison.

image

Pour résumer rapidement, et avant peut-être un avis plus global sur la saison, cet épisode final est à la fois un épisode typique de la saison et un épisode si différent des 19 autres. Un épisode typique qui joue sur des ressorts classiques et qui, surtout, ne va pas suffisamment au bout de ses idées. Un épisode différent des autres parce qu’il est encore plus tourné vers l’émotion à tout prix. Supergirl s’est affirmée comme une série à part des autres séries sur l’univers DC, plus « fun », plus divertissante et sans prise de tête. Elle s’est surtout offert un final à l’opposé de ce qui aurait pu ou dû être fait. Même si je n’attendais absolument rien de cette série, que j’ai commencée fin février, l’épisode final est une grosse déception qui m’a complètement gonflé. Alors ouais, évidemment, la fin de l’épisode me donne envie de m’intéresser un minimum à ce qu’il peut se passer dans la saison prochaine, s’il est confirmée. Mais ce sera comme cette année, je ne suivrai pas dès le début.
Évidemment, tout cela reste mon avis. Je ne suis pas un grand fan des Kryptoniens en général (#TeamBatman). Mais le pire dans cette série, et plus précisément dans cet épisode, c’est que Supergirl n’est pas le personnage central. Elle n’est pas le personnage le plus intéressant ni le mieux traité, même si on a du mal à trouver un personnage qui est bien traité, d’un point de vue psychologique s’entend. Cat Grant est plus passionnante à étudier, c’est dire. Dommage, à mon avis, de ne pas prendre davantage de risques dans ce final, surtout quand on sait que la série ne fait pas une audience formidable. Quitte à foirer un épisode, tente un truc, foire le dans les grandes largesses plutôt que de rester dans du plan-plan indigeste.

image

The Flash – Saison 2, Épisode 18, Versus Zoom (Avec Spoilers)

Leeeeeeeet’s battle.
Flash est de retour cette semaine après plusieurs semaines sans épisodes, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’épisode est intriguant.

Pour en faire un résumé flash-éclair (vous l’avez?), l’épisode se concentre sur l’opposition entre Zoom et Flash. On en apprend davantage sur Zoom par des flash-backs de Earth-2 : il se prénomme Hunter Zolomon et, après avoir assisté au meurtre de sa mère par son père, il devient un tueur en série, psychopathe, attrapé par la police et traité pour sa folie par des ondes magnétiques impulsées dans le cerveau. L’explosion de l’accélérateur de particules lui donne sa super vitesse.

image

Pour affronter Zoom, il faut trouver un moyen de le faire venir sur Earth-1 : avec les lunettes de son double, récupérées sur Earth-2, Cisco parvient à rouvrir une brèche. S’ensuit un affrontement entre Barry et Zoom, dans lequel Barry prend l’avantage : il utilise la famille de Zoom contre lui avant une discussion entre les deux ennemis. Zoom réussit à s’enfuir et à prendre Wally en otage, qu’il ramène dans son antre, sur Earth-2 vraisemblablement. Il propose un marché à Barry : sa vitesse contre Wally vivant. Barry cède donc sa Speed Force contre la vie de Wally. Zoom se pique alors avec la vitesse de Barry, qu’il renonce à tuer sur demande de Caitlin. Cependant, la nemesis de Flash s’enfuit avec Caitlin, seule personne à laquelle il n’aurait jamais menti sur Earth-1.

image

Plusieurs aspects intéressants à observer dans cet épisode selon moi. Le premier est de voir enfin l’enfance de Zoom révélée, de façon à comprendre qui il est. Zoom est en fait un tueur en série et son identité des comics, Hunter Zolomon, est bien respectée par la série. Il explique, dans cet épisode, comment son plan a fonctionné. Il a réussit à utiliser un double d’une autre Terre que Earth- 1 et Earth-2 pour le faire passer pour Jay Garrick et obtenir la confiance de la Team Flash. Le personnage qui meurt à la fin de l’épisode 14 ne serait donc qu’un double de Hunter Zolomon et non pas Jay Garrick. C’est là que l’épisode pose problème. Et il pose problème à énormément de personnes : les spectateurs, qui râlent sur l’identité de Jay Garrick et ce que les scénaristes ont fait, mais aussi auteurs de comics, comme Mark Waid, qui a écrit Flash dans les années 1990.
La question sur Jay Garrick se pose en effet : est-il seulement une création de Hunter Zolomon ? Autrement dit, Jay Garrick est-il réel ou une fiction créée par Zolomon ? Dans tous les cas, le Jay Garrick que nous avons vu depuis le début de la série et que nous avons vu mourir dans l’épisode 14 n’est pas le Jay Garrick. Et il faut donc s’interroger sur le masque de fer caché par Zoom dans son antre. S’agit-il du vrai Jay Garrick de Earth-1 ? Le masque de fer cache-t-il l’identité d’un autre speedster ? Un Wally West de Earth-2, par exemple ?

image

Eh oui, parce que la révélation de Zoom remet tout en question. Le Jay Garrick que l’on voit dans les flash-back de Wells sur Earth-2 est-il le vrai speedster ? Ou s’agit-il déjà du plan machiavélique de Zoom et dans ce cas, ce serait un Hunter Zolomon d’une autre Terre boosté par un produit dopant ?
En ce qui me concerne, ce sont les deux seules options qui me semblent valables. Zoom garde captif Wally West d’une autre Terre ou le vrai Jay Garrick. Effectivement, dans l’épisode, Zoom indique à Barry qu’il « ne croira pas » qui se cache derrière le masque de fer. S’il s’agit bien de Jay, du vrai Jay, premier Flash, alors Barry et son équipe seraient désorientés ! Ils pourraient bien se demander si Zoom dit vrai ou s’il s’agit encore d’une ruse.
Globalement, l’épisode laisse le spectateur que je suis un peu frustré de tant de teasing sur le masque de fer et son identité. De la même façon, priver Barry de ses pouvoirs en fin de saison sonne comme un signal d’alarme des scénaristes : « HELP, on ne savait pas quoi faire ». Oui, prendre les pouvoirs de Barry est l’objectif ultime de Zoom pendant toute la saison. Mais cette thématique a déjà été explorée avec le Wells de Earth-2, privant Barry d’une partie de ses pouvoirs.
Néanmoins, j’attends avec impatience de voir comment la fin de saison va se dérouler et si elle va répondre à toutes les intrigues qu’elle a mis en place. On peut s’attendre quand même à un cliffhanger semblable à celui de la saison dernière..

@M_D_M_L

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s