Speed Review Series T.V. (Semaine du 9/05/16)

image

Gotham – Saison 2, Épisode 20, Unleashed. (Spoilers)

Le WTF atteint son plus haut point.

Nous sommes de retour à Gotham cette semaine avec la suite de l’intrigue autour d’Azrael et une résolution des plus WTFesques.
Dans cet épisode, Jim Gordon sollicite, pour arrêter Azrael et venger l’attaque du commissariat, l’aide de Tabitha Galavan, sœur de Théo. Cette dernière évoque notamment l’histoire d’Azrael et mentionne l’existence d’une épée légendaire, l’épée du « vrai » Azrael. Cette épée se trouverait dans le caveau de la famille des Galavan. En s’y rendant, Jim, Tabitha et Bullock tombent sur Azrael qui a eu l’idée de venir lui aussi chercher cette épée. Tabitha parvient néanmoins à réveiller les souvenirs de son frère : Théo se souvient alors que sa première cible était non Jim Gordon mais bien Bruce Wayne, le « fils de Gotham ». Théo parvient à s’échapper en poignardant sa sœur avec l’épée. Il se rend ensuite au manoir Wayne et s’en prend directement à Alfred et Bruce. Le majordome est blessé mais Bruce parvient à s’enfuir dans le garage du manoir et renverse Théo en voiture. Jim arrive à ce moment et tire sur Théo, qui parvient cependant à se relever… Puis arrivent Butch et le Pingouin : si les balles ne font rien à Théo, le lance roquette de Butch réduit en miettes Galavan.

image

Côté Arkham, dès le début de l’épisode, Bullock et Gordon perquisitionnent le bureau de Strange qui a pris soin de se débarrasser des papiers compromettants. De son côté, Sélina, qui a appris de la bouche de Bruce que son amie Brigit n’était pas morte, se rend à l’asile. En y pénétrant par l’aération, elle rencontre Nygma, qui lui révèle comment entrer dans Indian Hill. Nygma, quant à lui, s’enfuit par l’aération mais se fait arrêter dans la foulée par la sécurité de l’asile. Sélina découvre les horreurs d’Indian Hill mais se retrouve piégée par Strange et Mrs Peabody, qui l’enferment dans une pièce avec une « créature » armée d’un lance-flammes et se rend compte qu’elle a face à elle son amie Brigit…

image

L’épisode de cette semaine continue sur le rythme des dernières semaines avec l’intrigue qui se précise encore davantage sur Strange, sans pour autant laisser de côté ce qui se passe avec Azrael. On appréciera le rôle de Bruce, qui prend ses responsabilités et s’en prend directement à Théo. Néanmoins, le point le plus surprenant de l’épisode est clairement l’arrivée du Pingouin et de Butch. Certes le Pingouin, et l’épisode le montre rapidement, doit régler ses comptes avec Théo. Certes Butch a un contentieux avec Théo qui s’en est pris à Tabitha. Mais cela n’explique pas le fait qu’ils tirent sur leur ennemi avec un lance-roquettes.. Bien évidemment, cela montre bien la folie du Pingouin et le fait qu’il est capable de tout pour se venger de celui qui lui a pris sa mère. On est dans la construction du personnage et la scène trouve son explication dans un Pingouin qui semble, d’un côté, être très conscient de sa folie et, d’un autre côté, semble s’y abandonner de plus en plus.
De l’autre point de vue de l’épisode, le caractère manipulateur de Strange est bien exploité, même si on comprend rapidement que ce n’est pas dans cet épisode que Strange tombera. Ce caractère se retrouve très bien dans la scène où Sélina fait face à Brigit, dont le cerveau a été lavé par les scientifiques d’Arkham. On se doute bien que Brigit ne sera pas « sauvée » par Sélina et cette dernière ne devrait se sortir de cette situation que par une solution miracle difficile à imaginer.
Enfin un mot sur Bullock. Il n’est pas le personnage le plus « présent » ni étudié dans la série mais le discours qu’il prononce en début d’épisode vaut la peine d’être mentionné. On apprécie cette scène assez émouvante et qui va à l’encontre de ce que la série avait pris l’habitude de montrer du personnage..

image

Flash – Saison 2, Épisode 21, The Runaway Dinosaur. (Avec Spoilers)

Barry a disparu. Mais comment va-t-on faire pour mettre en scène son retour ?

Flash is back cette semaine avec un épisode très spécial et particulier. Loin de ce à quoi la série nous avait habitués pendant 1 saison et 20 épisodes, cet épisode 21 est sans doute l’un des meilleurs de la série.
Je passe rapidement sur ce qu’il se passe du côté de la Team Flash. Un ancien méchant, Tony Woodward, l’ennemi d’enfance de Barry, se réveille dans la morgue, après l’explosion de l’accélérateur de particules. Transformé en zombie, Tony cherche à « attraper » Iris en mode Walking Dead, ce qui n’est pas particulièrement efficace. Pendant ce temps, Cisco « vibre » avec le costume de Flash et découvre que Barry n’est pas mort. On ne s’y attendait pas. Mais Barry lui tourne le dos et ne revient pas parmi le monde des vivants. Et oui ! Parce que Barry est vivant mais… En réalité, Barry est passé du côté de la Speed Force. Une force véloce qui prend tantôt la
forme de Joe, d’Iris, du père de Barry ou de la mère de Barry. Une force véloce qui critique Barry sur le fait qu’il n’a jamais vraiment fait le deuil de sa mère. Ce n’est qu’avec l’avatar de sa mère que Barry peut effectuer son retour vers le « monde des vivants » : Flash fait enfin le deuil de la perte de sa mère, revient vers ses amis et résout le problème Tony en deux frames.

image

Enfin, Zoom regroupe ses petits copains venus de Terre-2 pour semer la terreur sur Terre-1, et parmi ses copains, une habituée de l’autre show de la CW … ou plutôt son sosie. Suspense…
Plusieurs choses très intéressantes selon moi dans cet épisode. Je passe rapidement sur l’incohérence du début d’épisode : comment Joe sait-il que Wally et Jesse ont été touchés par l’onde de choc de l’accélérateur de particules alors que la Team avait laissé les deux personnages dans la pièce secrète de Star Labs ?
Cet épisode permet à Barry d’effectuer une sorte de catharsis. Il parvient à se sortir de la speed force et à récupérer ses pouvoirs en faisant enfin le deuil de la mort de sa mère. Ce n’est que par ce processus d’acceptation que Barry prend enfin conscience de ce qui fait sa particularité. S’il comprend qu’il est dans la speed force assez rapidement, il ne se rend pas compte qu’il doit en fait courir après sa propre ombre, après son « autre lui », celui avec les pouvoirs. Il court en fait après ses propres pouvoirs et après Flash et « fusionne » avec l’ombre qu’il finit par attraper. De ce fait, Barry évolue (comme un Pokemon!) : il n’est plus le Barry/Flash des premières saisons mais prend conscience de ce qu’il doit faire pour mûrir. Cette prise de conscience pourrait d’ailleurs aboutir à un nouveau rôle de mentor pour Wally et Jesse, même si je ne suis pas spécifiquement ouvert à cette possibilité pour Barry.

image

Un deuxième aspect à évoquer est le fait que Barry, conscient qu’il « parle » avec la speed force, même sous différents avatars, se prend au jeu et finit presque par oublier qu’il parle avec une entité « surnaturelle ». D’ailleurs, à la fin de l’épisode, quand Barry communique avec sa « mère », il pose la question : « A qui suis-je en train de parler ? Ma mère ou la Force Véloce ? » Et en effet, la confusion entre les deux s’opère particulièrement à ce moment et ce processus de confusion aboutit à la récupération des pouvoirs de Barry.
Pour « revenir vers les vivants », Barry est aidé par Cisco qui peut vibrer et l’atteindre, mais aussi par Iris. Cette dernière prend en fait la place du père de Barry et se désigne pour « ramener » Barry. On assiste là à la transition entre les deux personnages féminins marquants de la vie de notre héros. Quittant sa mère et se tournant vers Iris, Barry accomplit ce voyage inhérent à la vie de tout individu et de tout homme, allant d’une femme à une autre. Ce n’est d’ailleurs qu’au moment où la Speed Force prend l’apparence de Nora que Barry accomplit complètement son « voyage » dans l’espace-temps de la Force Véloce. Cette transition s’achève en fin d’épisode, quand Barry dépose avec Iris des fleurs sur la tombe de Nora : il avoue à demi-mots ses sentiments pour Iris mais [SPOILER ALERT] toujours pas de bisou !
Pour en terminer, signalons que cet épisode était réalisé par Kevin Smith, qui devrait revenir dans la saison 3. Au vu de la qualité de cet épisode 21 de la saison 2, on a hâte de voir ce qu’il va nous donner en saison 3…

image

Arrow – Saison 4, Épisode 21, Monument Point. (Avec Spoilers)

Après les liens mère-fils, les liens père-fille ?

Un épisode tout en rythme et en baston cette semaine. Comme la semaine dernière en fait. Et comme la semaine prochaine, sans doute.
La Team Arrow doit faire face au vol du Rubicon, système anti lancement de missiles nucléaires géré par Argus et « emprunté » par Darhk à Lyla. Darhk modifie le système pour déclencher le lancement de tous les missiles nucléaires mondiaux pour raser la surface de la Terre pendant qu’il se cache sous le dôme que nous avons découvert la semaine dernière. Oliver met Diggle au courant de l’existence d’une chambre du Nexus (lieu où Darhk peut récupérer ses pouvoirs et dont Esrin Fortuna a mentionné l’existence), chambre à la recherche de laquelle nos héros se mettent en route.
De l’autre côté, pour faire face à cette multiple attaque nucléaire, Felicity pense que son père, Noah Kuttler, que nous avons déjà vu cette saison, est le seul capable de contourner Rubicon. Avec son père, Felicity sollicite l’aide de Diggle et Oliver pour « cambrioler » Palmer Tech dont elle a été virée, mais elle ne parvient pas à voler le processeur dont elle a besoin. Noah parvient à « scanner » le processeur à 90% pour le reconstruire ensuite.
La Team parvient à bloquer l’envoi des missiles manuellement mais un missile leur échappe et doit s’écraser sur Monument Point. Felicity parvient à dévier sa course et à le faire frapper au sud de Star City, touchant néanmoins une petite ville. De leur côté, Oliver et Diggle font face aux Ghosts de Darhk avant de parvenir jusqu’à la chambre du Nexus. Ils y trouvent Damian Darhk en train de se « ressourcer » avec les pouvoirs de son idole…

image

Enfin, Théa est toujours enfermée sous le dôme de Darhk avec son père, qui prétend toujours la protéger. Elle fait face à Lonnie Machin, Anarky, parvient à s’en défaire mais sans pour autant le tuer.
L’épisode de cette semaine est, comme je l’ai dit, plutôt rythmé. Néanmoins, on sent que les réalisateurs peinent à trouver un juste milieu entre le manque d’action d’une grande partie de la saison et le « trop plein » d’action des récents épisodes. Un meilleur dosage de l’action et de l’avancée de l’intrigue servirait mieux la série et éviterait sans doute la lassitude des spectateurs.
On retrouve cependant quelques ficelles qui ont fait le sel des premières saisons, avec un Oliver qui agit sans son costume pour cambrioler son ancien building, par exemple. Mais la série devient beaucoup trop lourde sur le fait que les personnages, un par un, en arrivent à agir et à regretter dans l’instant leurs actes. Le cas de Felicity le montre bien. Évidemment, elle vient de faire s’écraser un missile nucléaire sur une ville et on est obligés d’aborder la culpabilité qu’elle ressent face à ce geste. Mais cette culpabilité s’ajoute à celle de Diggle lors des derniers épisodes, et on en arrive à une culpabilité dégoulinante. Bientôt Felicity va rater une sauce bolo, on va en parler pendant 10 minutes (et oui, vous avez vu, c’est la femme qui cuisine #Seximse).

image

Autre élément que je souhaitais aborder ici, le rôle de Merlyn qui est trop répétitif. On a compris, depuis la saison 3, que Merlyn voulait « protéger » sa fille Théa. Il faudrait trouver autre chose pour renouveler le personnage qui mériterait surement un meilleur traitement.. Et qui mériterait peut-être, en tant que nemesis presque principale du Green Arrow, que la prochaine saison (ou au moins la moitié de la saison) lui soit consacrée, en tant que méchant principal.
Pour synthétiser, il me semble (et je ne suis surement pas le seul) que la série tourne vraiment en rond. 23 épisodes, c’est trop pour tenir une intrigue aussi faible que celle de cette saison. La saison 3 tournait parfois un peu à vide, la tendance se confirme cette saison. Pour combler cette absence d’intrigue, on place des scènes d’action à tout va. Mais cela ne suffit pas à faire une saison 4 vraiment efficace. Le meurtre de Laurel, même si elle est un personnage clé et même si l’épisode était très bien tourné, ne relève pas de la même importance, par exemple, que le meurtre de la mère d’Oliver et Théa dans la saison 2. L’intrigue ne repose que l’opposition entre Darhk et la Team Arrow, là où il fallait faire face à Deathstroke mais aussi Brother Blood (en tant qu’ennemis principaux) dans la saison 2. C’est, à mon avis, dans ce sens que la saison 4 tourne vraiment à vide. Je ne dis pas qu’il fallait faire revenir la méthode 1 épisode = 1 nouvel ennemi de la saison 1. Mais avec un méchant relativement charismatique comme Darhk, peut-être d’autres choses auraient-elles pu être essayées pour faire fonctionner beaucoup mieux cette saison 4.

image

On aurait pu envisager, par exemple, de mieux traiter le personnage d’Anarky. Aperçu trop brièvement à chaque fois, et toujours concentré sur son objectif d’en finir avec Darhk, on perd le sens de ce personnage à mon avis.. Mais Merlyn et Anarky demeureront, s’ils restent dans la série la saison prochaine, des personnages en retrait : un acteur devrait être casté pour jouer le méchant de la saison 5 d’Arrow, en espérant que, sur la formule de 23 épisodes/saison, l’intrigue soit suffisamment solide pour ne pas lasser le spectateur trop rapidement du méchant, une fois la « hype » de ses pouvoirs et de ses ressources retombée.

@M_D_M_L

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s