Speed Review Film : Suicide Squad (Sans Spoilers)

I)- En guise de préambule.

L’avis qui va suivre est négatif. Je ne suis cependant pas un haineux du DCEU même si Dawn of Justice ne m’a pas convaincu. Je ne ferai pas de parallèle avec la maison des idées puisqu’à mon sens la démarche « artistique » n’est pas la même, l’approche est plus mature, moins formatée. Ce n’est pas mieux ou pire, ce n’est juste pas la même chose. Et toi le spécialiste ciné 2.0 je ne parlerai pas non plus de montage, de plan séquence ou de jump cut. Je ne suis pas un pro du cinéma, juste un lecteur de comics qui espère retrouver ce qui lui fait plaisir à l’écran.

J’attaque donc la critique d’une bande de dégénérés rassemblés par Amanda Waller et supervisés par Rick Flagg afin de contrer les nouvelles menaces du DCEU, avec un Joker rôdant dans les parages…

II)- Un pari osé.

J’avais trouvé l’idée intéressante, nous balancer cette équipe là en troisième film du DCEU c’était couillu. Nous retrouvons donc la construction de l’équipe dans un premier temps et c’est plutôt bien foutu. L’esthétique est assez barrée, et franchement avoir Harley qui prend vie devant nous était un rêve de gosse nourrit au Paul Dini. L’image est très propre, j’ai l’impression de mater un clip de rap façon MTV. La musique est omniprésente et instaure un climat assez rassurant au début, puis de plus en plus abrutissant au fur et à mesure du film.

Les personnages sont introduits par l’intermédiaire de caméos plutôt sympathiques, et donnant une véritable signification à ce que doit être un univers partagé. En fait tout bascule au moment où l’on découvre la menace et que la Task Force X se lance dans sa première mission, qui est d’une incohérence folle mais que je ne peux vous révéler puisque une fois n’est pas coutume les bandes-annonces la préserve bien.

III)- Des méchants pas si méchants (et pas vraiment drôles).

L’équipe est composée de deadshot, Harley, Katana, Killer Croc, El Diablo, Captain Boomerang, Enchanteress, Slipknot et Rick Flagg. Tous ces personnages sont portés par des acteurs plutôt bons, mais qui pour certains manquent cruellement de temps de présence. Nous nous retrouvons donc avec des vilains introduits parfois à la va vite et qui de ce fait empêche une certaine forme d’attachement. Le temps partagé à l’écran est très inégal et fait la part belle à Deadshot et Harley.

Globalement je n’ai pas grand chose à reprocher à la caractérisation des personnages, sauf pour commencer Deadshot. Ce dernier n’a rien à voir avec son itération comics ou du moins l’interprétation que je m’en faisais. Je ne suis pas contre l’idée de s’éloigner du matériau de base, mais là j’ai juste vu un rôle lambda de Will Smith dans n’importe lequel de ses films. Ce tueur est bien trop doux pour être réellement crédible, tout en n’oubliant pas une certaine bonhommie pas toujours très adaptée. Il est un cliché ambulant des années 90, à jouer les durs alors qu’au fond c’est un gros nounours… alala ces bad boys au cœur tendre…

Harley est ce à quoi je m’attendais. Je ne commenterai pas son côté hyper sexy puisque cela ne m’a pas vraiment dérangé, il m’apparaît en revanche bien plus scandaleux les punchlines qui lui sont réservées.

Celui qui fera couler beaucoup d’encre est Mister J. Il est une espèce de gangster qui semble avoir trop pris de MDMA et n’a pas la facette manipulatrice qu’on lui connait habituellement. Juste un junkie complètement fou et accro à sa nana. Il a de plus trop peu de temps d’écran pour être réellement terrifiant, de ce fait il est souvent ridicule et peu menaçant. Il n’en demeure pas moins que Leto en livre une belle interprétation, c’est juste ce qui est fait du Joker qui est désolant.

Un petit mot tout de même sur Flagg qui manque réellement de consistance, lisse au possible et qui du coup empêche toute empathie avec le personnage. Au même titre qu’El Diablo soi dit en passant.

Dans les points positifs je retiendrai surtout Viola Davis en Amanda Waller qui livre là une interprétation sans faute. Elle est glaçante au possible, sans compromis et ne s’embarrasse pas des notions de honte ou de culpabilité. Elle fait largement passer Deadshot pour une héroïne random d’un roman de Marc Lévy.

IV)- Un film trop lolilol mais dans la retenue.

C’est d’après moi l’un des points les plus gênants du film. L’humour est omniprésent et fait un bide systématique. Les vannes fusent, et au cas où vous seriez trop cons elles sont bien trop explicitées (cf. le passage du bar avec Killer Croc). Je m’attendais à quelque chose de plus sombre et de plus violent, et la classification n’aide pas.

J’aurais aimé que les personnages se lâchent un peu plus, qu’on perçoive davantage leur noirceur. Et à contrario j’aurais souhaité que certains se taisent, Chacune des répliques de Boomerang est un supplice à endurer, la première image qui me vient sur ses interventions est le tonton raciste aux repas de familles qui décide de parler politique. Tu le ressens le malaise là ??

V)- « et il sort d’où le deus ex machina?? » « T’as regardé dans ton ***?? »

Après une introduction bien faite, un milieu risible voici venir la fin du film… Enfin!! à ce moment là j’ai eu la sensation qu’Ayer a voulu fourrer en vrac tous les clichés inhérents aux films d’action: les ralentis foireux, les retournements de situation ridicules, le pouvoir de l’amour et de l’amitié, le « bascule du côté obscur je peux te donner ça… ah trop cool mais nooooooooooooon (musique dramatique) ».

Je ne rentrerai pas dans le débat sur si Ayer a vraiment pu faire le film qu’il voulait ou si Roven a été méchant. Mais avec un scénario pareil tu peux mettre toutes les scènes coupées que tu veux ça n’enlèvera pas les incohérences grossières du film ni le scénario peu travaillé.

VI)- « T’es qu’un enfoiré de basheur du DCEU!! »

à cela je répondrai oui et non. J’ai une légère tendance à la surenchère mais je peux aussi modérer mon propos. ce n’est pas une daube absolue, mais j’avais été tellement hypé par les bandes-annonces que la déception est immense. Je vous invite donc à faire votre propre avis et à me dire pourquoi vous avez aimé, mais pour moi il ne vaut ni le déplacement, ni le prix de la place, ni ces saloperies de pub avec Bradley Cooper que je me suis tapé pendant 20 minutes (et je n’évoque même pas la pub « Sam c’est celui qui ne boit pas » avec Captain America).

Cela ne m’empêchera pas de voir les prochains films et encore moins de continuer à lire des comics. En tout cas si vous voulez votre dose de Suicide Squad je vous invite si ce n’est pas déjà fait à regarder « Assault on Arkham » qui est somme toute assez divertissant.

Et bien voilà la review est terminée, j’espère ne pas me faire hurler dessus. Je ne dénigre pas les goûts d’autrui, ce film n’était juste pas fait pour moi. Je m’en vais donc en pensant amoureusement à Margot Robbie, et en espérant que les conseils prodigués dans la scène post-générique seront entendus.

Spectra

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s